Les Coureurs de l'Ic en balade nocturne

Publié le par Cic

Pour la seconde fois consécutive, vendredi soir, Daniel avait proposé à tous les Coureurs de l'Ic disponibles et volontaires de venir l'accompagner pour une balade plérinaise. Si en décembre, la boucle s'était déroulée dans la purée de Langueux, cette fois, c'était carrément à la nuit (bien) tombée que Daniel avait donné rendez-vous aux plus courageux.

Pour bien faire les choses, le rencard avait été fixé à 19h à la Pause Gourmande, le restaurant (fort bien) tenu par Brice, le gendre de Daniel (comme quoi la famille, ça sert !). A l'heure dite, la troupe était prête à s'élancer, forte de quelque 24 téméraires solidement équipés, comme on peut le constater sur la photo d'avant-match :

Les Coureurs de l'Ic en balade nocturne

C'était donc parti pour une boucle de 13 km au cours de laquelle Daniel allait montrer quelques uns des chemins d'entrainement qu'il affectionne particulièrement. Chacun(e) allait comprendre rapidement le pourquoi de sa forme jamais démentie. Le parcours allait mener l'aréopage au travers des rues, ruelles et sentiers plérinais jusqu'au point d'orgue de la sortie : la chapelle d'Argantel.

Petit intermède cultu(r)el :

Au creux de la vallée du Bachelet, la chapelle d'Argantel trône près de sa petite fontaine. La route qui y mène est un premier indice de la magie des lieux. Étroite, bordée par de grands arbres qui se touchent en leurs cimes, elle ravive les légendes bretonnes.

Datée du XVe siècle, l'édifice a ses propres mythes. Selon la légende, les mères des enfants atteints du mal de Sainte-Radegonde, trempaient leurs vêtements dans la fontaine pour les guérir. Les paysans de la région y venaient également tous les 24 juin en pèlerinage pour prier Saint-Eloi, patron des chevaux. Selon les croyances, l'eau de la fontaine avait des vertus fertiles pour leurs animaux.

Pouf, pouf, fin de l'intermède !

En groupe compact et soudé, la galopade nocturne allait s'effectuer sans incident au travers des chemins, n'était-ce la présence d'un arbre couché par la tempête et que Daniel avait négligé de tronçonner !

 

Les Coureurs de l'Ic en balade nocturneLes Coureurs de l'Ic en balade nocturne
Les Coureurs de l'Ic en balade nocturneLes Coureurs de l'Ic en balade nocturne

Après 1h30 d'efforts, la troupe au complet approchait de la Pause Gourmande. Une accélération sensible de l'allure, initiée par Régis, allait s'opérer sur les derniers hectomètres, sans nul doute imputable au... fumet de la soupe à l'oignon perceptible depuis un moment déjà !

Après une toilette de chat (normal, après une sortie nocturne !), tout ce petit monde allait prendre place pour la dégustation de la dite soupe suivie du plat de charcuterie préparés par Brice :

Les Coureurs de l'Ic en balade nocturne
Les Coureurs de l'Ic en balade nocturneLes Coureurs de l'Ic en balade nocturne

Inutile de préciser que chacun s'est attelé à l'exercice avec la même conviction que lors de la galopade, non sans avoir au préalable remercier chaleureusement Daniel et Brice pour leur super accueil et cette magnifique soirée :

Les Coureurs de l'Ic en balade nocturne
Les Coureurs de l'Ic en balade nocturneLes Coureurs de l'Ic en balade nocturne

Avec le sens de la formule qu'on lui connait, Patrick tempérait malgré tout l'enthousiasme général en faisant remarquer à son vieux pote Daniel "qu'après une sortie brumeuse où on voyait pas grand chose, et une sortie nocturne où on voyait que dalle, faudrait quand même penser à une sortie en plein jour !!".

Merci encore, Daniel, et pour la prochaine, c'est quand tu veux !!

PS : Grand jeu concours : "qu'est-ce que le mal de Sainte-Radegonde ?". A gagner : une bise de notre présidente, voire peut-être même deux !!!

Commenter cet article