Le marathon d'Amsterdam, de l'intérieur...!

Publié le par Cic

Un petit retour sur le superbe marathon couru à Amsterdam par nos 5 courageuses représentantes. Encore toutes nos félicitations à elles car aller au bout d'un marathon n'est jamais acquis d'avance. Elles nous livrent, dans leur ordre d'arrivée, leurs impressions et ressentis sur leur course :

Nathalie LT. :

Nathalie LT"Nous avions choisi le marathon d'Amsterdam pour allier sport et visite d'une ville que nous ne connaissions pas. La préparation avait démarré mi-août, pour 10 semaines, en suivant un plan d'entrainement qui avait fat ses preuves lors des marathons précédents (merci à Philippe H. qui avait été mon premier coach pour Paris et qui m'avait communiqué ce plan).
Notre séjour a été très agréable, sans stress, en profitant au mieux de la ville et de ses canaux.
Le départ dans le Stade Olympique a été magique et l'arrivée l'a été encore plus. Je pensais faire un meilleur temps et finir en dessous de 3h 42', mais je n'ai pas eu de bonnes sensations des le départ et un mal de dos s'est installé rapidement. Je n'ai pas réussi à tenir le rythme après le 30ème km et je me suis un peu découragée en voyant le chrono et les minutes de retard s'accumuler. J'ai fini en 3h 53'  avec quelques douleurs aux jambes mais c'est bien normal après 42 km !
Au final, l'objectif a été atteint pour nous 5 et nous avons terminé notre séjour par la visite du musée Van Gogh et des déambulations dans les rues d'Amsterdam...
Nous avons évidemment passé en revue toutes les raisons qui pourraient expliquer les temps de chacune d'entre nous le soir même ainsi que dans la voiture au retour : pas de réponses identifiées clairement ! Nous réfléchissons à un autre marathon... pour faire mieux, évidemment !"

Françoise :

Françoise"Après quelques heures de route, j’ai rejoint mes co-équipières et notre coach sur la houseboat louée pour l’occasion.
Profitant d’une douceur automnale exceptionnelle, nous avons parcouru les canaux en bateau, le long des berges... mornes ? Non plutôt riantes ! Jusque dans le port d’Amsterdam…
Arès le traditionnel plat de pâtes accompagné d’un vin rouge, une bonne nuit de sommeil. Aux premières lueurs, nous nous sommes dirigées à pied et en métro, vers le départ pour croquer la fortune !
A 9h30, les coureurs se sont élancés, le regard fier ! J’ai parcouru le 1er semi avec Nathalie LT à une allure qui permettait d’envisager un marathon en 3h45, jusqu’à ce que tout à coup, la faiblesse survienne à 25 km. Heureusement, les ravitaillements m’ont permis de boire, et reboire et reboire encore pour tenir jusqu’à l’arrivée, jusqu’en pleine lumière dans le Stade Olympique, sous les vivas du public amstellodamois ! Inoubliable ! De quoi se planter le nez au ciel, heureuse d’avoir terminé ce 2ème marathon !
Toutes les 4 n’avons peut-être pas réalisé les rêves qui nous hantent. Mais quelle joie de voir Nathalie LM arborer sa médaille, sa pièce en or, prix de sa témérité et des efforts qui n’ont pas été vains !
“Etre à l’heure au resto”, nous l’étions, et nous nous frottions la panse devant les plats indonésiens servis avec un Bordeaux. De quoi boire à la santé de notre coach qui a su si bien accompagner ses drôles de dames ! Et qui plus est amateur de Jacques Brel !
Dans le port d’Amsterdam…"
 
Anne :
Anne"Pour ma part, je suis plutot satisfaire de mon marathon et de l'avoir terminé, compte tenu de l'état de mes talons.
Plus la fin arrivait, plus j étais détendue car j'ai vraiment eu peur d'y laisser des plumes. Quand j'ai vu que ça passait, je me suis relachée, d'ailleurs ça se voit sur les photos !
C'est vrai que mon temps est moyen,  mais en fait quelle importance ? En ralentissant sur la fin, j'ai évité les crampes que je sentais venir. Voilà ! A partir d'aujourd hui repos forcé, car je me suis fait une entorse hier matin ! Je suis un peu en colère contre moi car c'est vraiment rageant. Il va falloir être patiente !..."
 
Isabelle :
Isabelle"En ce qui me concerne, j'ai vécu l'enfer sur ce marathon ! Dès le semi, des douleurs articulaires relativement intenses sont apparues, dans les cervicales, les lombaires, les hanches et les genoux !
Au 30ème km, j'ai senti des début de crampes dans les mollets ! J'ai donc été obligée d'alterner la marche et la course !
je pense que les causes sont multifactorielles : la fatigue, le stress, la mauvaise hygiène alimentaire avant le marathon et un manque d'hydratation pendant celui-ci.
Bref je sais à présent ce que c'est de finir un marathon... au mental !!   A bientôt"
 
Nathalie LM :
Nathalie"We are the Superheroes... ou Superwomen. !...  Je suis très contente de mon marathon même si j'aurais souhaité faire moins de 4h15. J'étais tellement contente d'être là et à chaque instant, je me sentais chanceuse d'être présente (jusqu'au bout j'ai eu peur d'avoir un imprévu qui m'empêche d'être sur la ligne de départ !). Il y a 9 mois je me posais la question "est ce que je vais pouvoir continuer à courir car des douleurs persistaient"... Nous sommes des priviligiés de pouvoir courir et en plus aussi longtemps (pas vrai Denis)...
Le marathon commence, je suis heureuse et en forme jusqu'au 26 km. Je manque de fond et mes cuisses commencent à durcir comme du béton. Je n'ai pas vraiment mal mais je ralentis et profite de chaque instant (les Bretons avec leurs drapeaux que je vais voir, les animations musicales, les nombreux spectateurs qui nous encouragent...). Les ravitaillements avec des verres ne sont pas faciles : pas pratiques du tout ! Le vent également rajoute à la difficulté. L'arrivée dans le stade est attendue mais sans souffrance. Les spectateurs nous applaudissent lors de l'entrée dans le stade. Je passe l'arrivée !... J'aurais souhaité rester là pour encore en profiter mais je pense qu'il est temps de manger et de retrouver les filles et Gildas qui doivent m'attendre depuis longtemps. 
J'ai fini... C'est déjà fini.  Je suis réparée ! We are Superheros avec notre CAP du marathon...
Que du bonheur même si les  ravitallements et l'arret des transports en commun dans le centre restent de gros points négatifs. Nous aurions du écouter Gildas qui nous disait de prendre un vélo mais j'avais tellement le sentiment que je serais à terre en arrivant que je n'avais pas voulu en prendre.
Week end superbe à Amsterdam : une superbe ville sous un beau soleil d'automne...  Superbes bâtiments et super ambiance. Attention quand même aux vélos qui vont très vite !!   Bises à tous et à dimanche."
 
Waouh ! Déjà qu'on regrettait grave de n'avoir pu les accompagner, alors après avoir lu ça !... Bravo les filles, une nouvelle fois...

Publié dans Impressions de course

Commenter cet article